Média Norbert Rodrigue, leader empathique, homme de fidélité

  • 2
  • 0
  • 0
Partager

En 1976, Marcel Pepin n’entend plus continuer à la présidence et il suggère à Norbert Rodrigue de lui succéder. Petit détail, il devra pour y arriver, défaire le légendaire Michel Chartrand qui brigue le poste, ce qu’il arrive pourtant à faire assez facilement.

Il va ainsi diriger la CSN jusqu’en 1982. Pendant ce temps, et après, au fil des emplois supérieurs qu’il exercera, il sera animé par la certitude d’être un gamin n’ayant jamais fini sa 7e année, pour qui un emploi n’est pas un travail, mais une école permettant de tout apprendre. Aujourd’hui retraité, c’est une philosophie qu’il continue d’appliquer en s’informant sérieusement tous les jours.

Afficher plus

0 commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires. Ajoutez un commentaire.