Média Jean Gérin-Lajoie, constant dans ses convictions, constant dans ses actes

  • 7
  • 0
  • 0
Partager
  • Ferrisson
  • 93 médias
  • envoyé 17 décembre 2017

Si le syndicat des Métallos est devenu au Québec la force que l’on connait aujourd’hui au lieu d’être un district comme les autres de la United Steelworkers Union of America, c’est en grande partie grâce aux efforts de son légendaire directeur, Jean Gérin-Lajoie.

Homme de principes qui déteste les débordements, social-démocrate discret qui s’est toujours méfié des extrémismes, il fut paradoxalement initié au syndicalisme dans les années 50 par Madeleine Parent et Kent Rowley, deux compagnons de route du mouvement communiste canadien. Malgré son PhD en économie, diplôme qui lui ouvrait les portes d’une carrière universitaire, Jean Gérin-Lajoie a préféré s’en tenir au milieu syndical, ce qui lui a valu de siéger à la FTQ pendant 21 ans en tant que premier vice-président. Un record dans cette centrale !

Ferrisson considère comme un honneur le fait d’avoir pu obtenir de Jean Gérin-Lajoie le privilège d’une longue entrevue. Merci à André Leclerc, mémorialiste de Fernand Daoust (un autre géant de la FTQ), d’avoir rendu possible ce devoir de mémoire.

Afficher plus

0 commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires. Ajoutez un commentaire.