Média Autodétermination du peuple Palestinien : Analyse critique de la politique étrangère et canadienne

  • 0
  • 0
  • 0
Partager
  • WEBTV.COOP
  • 2543 médias
  • envoyé 4 décembre 2018

AUTODÉTERMINATION DU PEUPLE PALESTINIEN : QUEL RÔLE POUR LE MOUVEMENT SYNDICAL ET LE RESTE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ?

 

Analyse critique de la politique étrangère et canadienne.
Depuis plusieurs décennies, la situation sur le terrain en Palestine se caractérise par des violations systématiques et récurrentes du droit international et des droits du peuple palestinien par Israël. L’année 2018 n’a pas fait exception à la règle : les Forces israéliennes ont tué 182 personnes dont 31 enfants et en ont blessé 19,690 dont des milliers par tir à balles réelles à Gaza lors de manifestations pacifiques, en grave violation du principe de proportionnalité en droit international humanitaire. Avec la complaisance choquante de la « communauté internationale », le gouvernement américain a déplacé son ambassade à Jérusalem, compromettant le statut futur de cette ville; minant les possibilités de sortie de crise à long terme et légitimant les entreprises de colonisation illégales d’Israël. Plus récemment, Israël a fait passer la loi « Israël comme l’État nation du peuple juif » qui affirme aujourd’hui que l’État d’Israël n’appartient qu’au peuple juif, excluant l’accès à plusieurs droits pour sa population palestinienne. Il est temps que la société civile et le mouvement syndical se concertent et se fassent entendre face à autant d’injustices!

 
Ce colloque vise à déboulonner les mythes et à désamorcer l’autocensure chez les individus et les groupes en expliquant les fondements des rapports historiques entre Israël et la Palestine, permettant la formulation de critiques plus rigoureuses et fondées sur le droit international et notamment quant à la politique étrangère canadienne. Il permettra d’outiller les membres de la société civile et des syndicats afin qu’ils soient plus à même de déconstruire les informations biaisées propagés par plusieurs médias et gouvernements. Il aspire à créer de nouvelles solidarités entre groupes de la société civile afin de renforcer la solidarité envers la Palestine.

 

  • Leila Shahid, ancienne ambassadrice palestinienne en France et ambassadrice palestinienne auprès de l’Union européenne, de la Belgique et du Luxembourg.
  • Michael Lynk, professeur à la faculté de droit de l’Université de Western Ontario.
  • Jeremy Wildeman, chercheur associé à l’Université de Bath (Royaume-Uni); ancien directeur de Firefly International et Project Hope Palestine.
Afficher plus

0 commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires. Ajoutez un commentaire.